1-866-691-7202 | fshq@histoirequebec.qc.ca

Fédération Histoire Québec

Ordre des Architectes du Québec

Le 21 juin, à Lévis, l'OAQ a présenté un mémoire dans le cadre des consultations publiques sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec, menées par le ministère de la Culture et des Communications. Rappelant le caractère éminemment culturel de l’architecture, le document préconise que la nouvelle politique culturelle comporte un chapitre sur l’architecture qui mettrait aussi de l’avant des actions concrètes pour rehausser la qualité des réalisations architecturales au Québec.
 
Après avoir participé à 6 des 13 conversations publiques menées par l'Institut du Nouveau Monde pour le compte de l'Ordre des architectes (OAQ), voici les recommandations qui ont été soumises à l'OAQ par le Comité du patrimoine de la Fédération. 
 
Compte tenu que l’architecture est l’art le plus présent dans nos vies, nous considérons que le patrimoine architectural comporte une forte valeur identitaire, qu’il est un facteur de qualité de vie et constitue un apport économique important. C’est dans ce contexte que nous faisons les propositions suivantes :

Bâtiments publics : Afin de contrer la banalité et la piètre qualité actuelle de nombreux immeubles du domaine public, le système d’appel d’offres généralement appliqué doit être modifié afin d’obtenir des bâtiments au design novateur, durables et intégrés à leur milieu.

Construction domiciliaire : La construction domiciliaire échappe en grande partie à la pratique des architectes. Comment les architectes peuvent-ils s’impliquer auprès des acteurs concernés pour éviter les « tendances » éphémères, la piètre qualité des matériaux, les concepts dépassés au niveau architectural et environnemental, etc. ? L’objectif de densification des milieux urbains présente aussi d’énormes défis au niveau de la sauvegarde du patrimoine architectural. Rappelons que le bâti actuel sera le patrimoine de demain !

Préoccupation des citoyens : Malgré ce qui est observé dans nos milieux de vie souvent dégradés, il se dégageait des consultations que les citoyens préconisent une architecture, un urbanisme et un environnement naturel harmonieux. Le respect des habitats aux dimensions humaines en harmonie avec l’environnement naturel les préoccupe.

Formation des architectes : Notre expérience de terrain nous démontre, surtout en région, que des architectes sont parfois à l’origine de pertes de bâtiments anciens ou de travaux inappropriés et inutiles à cause de leur manque de formation en bâti ancien. Nous recommandons une formation spécifique en bâtiment ancien pour les architectes qui développeront cette sensibilité. Nous pensons qu’un architecte ou une firme qui obtient un mandat de restauration de bâtiment ancien et qui ne détient pas cette spécialité devrait référer le dossier à une firme spécialisée.

Rôle de l’OAQ : Il nous apparaît également qu’un rôle accru des architectes dans l’évaluation et la promotion des bâtiments patrimoniaux viendrait compenser la démission du ministère de la Culture qui a presque abandonné sa mission concernant le patrimoine architectural. Entre autre, la conversion des nombreux bâtiments religieux à d’autres usages représente un grand défi qu’il faudra relever rapidement compte tenu du nombre de bâtiments fermés au culte et laissés à l’abandon.

Projets grandiloquents : Il y a unanimité des participants contre les projets pharaonesques mis de l’avant par des hommes politiques et des promoteurs sans obtenir l’acceptation sociale. À titre d’exemple, le Phare à Québec et les tours de Brigil à Gatineau.
 
Haut de la page