1-866-691-7202 | fshq@histoirequebec.qc.ca

Fédération Histoire Québec

Maison Notman

      

Vue du site de la Maison Notman et photographie de 1893, Résidence de William Notman, par William Notman & Son, Musée McCord, II-102142. 

JARDIN NOTMAN :
ÉTAT DE LA SITUATION
 
Montréal, 6 juin 2017 - Samedi le 27 mai 2017, le Mouvement citoyen pour la préservation du jardin Notman tenait un rassemblement public pour demander la protection de ce jardin patrimonial menacé – de nouveau – de disparaître sous le coup d’un projet immobilier, apparemment conforme à la réglementation municipale.

Malgré la reconnaissance nationale de la valeur patrimoniale de la maison Notman il y a plus de 35 ans et les paroles bienveillantes des ministres de la Culture du Québec, du Maire de Montréal et d’autres élus de la Ville et de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, de tels projets continuent d’émerger du fait d’une certaine confusion quant à la préséance des enjeux patrimoniaux de ce site extraordinaire sur l’application ordinaire du règlement d’urbanisme municipal.

D’une part, le public peut constater de visu l’intérêt patrimonial du jardin avec ses grands arbres et son lien historique avec la maison de William Notman, aujourd’hui en pleine revitalisation grâce à un projet novateur et respectueux du patrimoine. D’autre part, il découvre presque par hasard que les pouvoirs publics continuent d’étudier, d’évaluer, voire d’approuver des projets immobiliers néfastes à cette valeur, mais conformes aux règlements municipaux et aux procédures. Cette situation incompréhensible n’est pas unique à la maison Notman mais elle sème un doute légitime sur l’efficacité des protections du patrimoine et sur la cohérence des autorités en la matière alors que la Ville de Montréal s’apprête à se doter d’un Plan d’action Patrimoine et que le gouvernement du Québec renouvelle sa politique culturelle.

En 2017, il faut corriger cette situation et réunifier la maison et son jardin et ce, tant pour le bien du patrimoine de la métropole et du quartier que pour assurer un avenir à la revitalisation novatrice de la maison Notman, devenue Maison du Web, un exceptionnel incubateur de talents qui serait étouffé si la construction d’un projet ordinaire de condominiums était autorisée à la place du jardin historique. C’est dans ce sens qu’Héritage Montréal intervient pour réunir la maison et son jardin.
 
Une villa du XIXe siècle au service du XXIe siècle
Le jardin Notman est situé à l’angle des rues Milton et Clark, dans le prolongement de la maison construite en 1845 pour l’avocat W. C. Meredith selon les plans de l’architecte John Wells. En 1876, le célèbre photographe montréalais William Notman achète cette maison ainsi qu’une parcelle de terrain où il crée le jardin. En 1893, la succession de William Notman vend l’ensemble de cette propriété à Georges Drummond pour des fins charitables; ce dernier y installe l’hospice St. Margaret en agrandissant la maison d’une aile hospitalière donnant sur le jardin, construite en 1894 selon les plans de l’architecte Andrew Taylor. Héritage Montréal a retrouvé l’acte de vente de cette transaction qui est accompagné d’un remarquable dessin qui illustre en détail l’appartenance du jardin à la propriété, un fait que l’architecte Taylor a reconnu en préservant dans l’aile de 1894 un passage traversant, reliant maison et jardin.
En 1979, la maison est classée monument historique par le gouvernement du Québec qui la dote en 1984 d'une aire de protection couvrant l’entièreté de la propriété, incluant les ajouts hospitaliers et le jardin aménagé par William Notman. Dans les années 1990, l’hospice St. Margaret est relocalisé dans de nouvelles installations répondant aux normes modernes de soins aux personnes âgées et la propriété est vendue. En 2000, un promoteur l’acquiert pour réaliser un projet d’hôtel qui ne prévoyait conserver que la maison, éliminait l’aile de 1894 et le jardin aux grands arbres.
Ce projet suscite une forte opposition dans la population. A l’époque, les responsables du ministère craignaient que la maison Notman tombe à l’abandon faute d’usage et avaient accompagné le projet d’hôtel dans ce contexte, mais la ministre de la Culture du Québec, madame Diane Lemieux, avait demandé la tenue d’audiences publiques. Le 30 novembre 2001, elle annonce qu’elle n’autorisera pas le projet en déclarant que « le vif attachement des résidentes, des résidents et des spécialistes aux valeurs architecturale, historique et urbaine du site confirme la nécessité d’une solution de restauration qui prend mieux en compte les caractéristiques de la Maison et son environnement ».
S’appuyant sur les références internationales reconnues par le Québec dans sa politique culturelle de 1992, Héritage Montréal avait participé à cette consultation et insisté pour que la propriété soit traitée comme un tout patrimonial, cohérent et significatif, comprenant la maison, l’aile hospitalière et le jardin. Nous maintenons cette position depuis. C’est donc avec une vive préoccupation que nous avons appris que le jardin a été séparé de la maison vers 2010, dans le cadre d’une transaction immobilière qui annule le geste de William Notman. Malgré les lourdes conséquences qu’elle peut avoir sur la valeur et sur l’intégrité patrimoniale de la maison Notman, cette modification ne semble pas avoir été connue du public ni assujettie aux contrôles et conditions découlant du statut patrimonial national de la maison. 
 
 
 Hospice St. Margaret
 
Soutenir les efforts de revitalisation de la maison et de son jardin
Depuis plusieurs années, Héritage Montréal appuie les efforts des organismes qui cherchent à revitaliser cet ensemble patrimonial exceptionnel et à rétablir l’intégrité de la propriété de William Notman en réunifiant la maison et son jardin. Nous avons ainsi soutenu les efforts de la Fondation OSMO pour revitaliser la maison et ses agrandissements hospitaliers en y logeant la Maison du Web de Montréal, inaugurée en 2014. Ce projet figure d’ailleurs parmi nos InspirActions sur la plateforme H-MTL.
Nous avons aussi soutenu les efforts de citoyens et de certaines fondations pour réunir la maison et son jardin en intégrant ce dernier au domaine public ou communautaire. Jusqu’à présent et malgré une attitude bienveillante des élus de la Ville de Montréal et du Plateau Mont-Royal, ces tentatives n’ont pas encore abouti.

Le retour des menaces
Récemment, nous avons appris qu’un projet immobilier était à l’étude pour le site du jardin Notman et serait sur le point de recevoir les autorisations nécessaires de la part des autorités municipales et du ministère de la Culture. Ce projet compterait environ 35 unités résidentielles et un garage souterrain, apparemment conforme au plan et au règlement d’urbanisme de la Ville de Montréal et de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal. Il proposerait de déplacer un bon nombre des grands arbres matures qui définissent le jardin de la maison Notman, une proposition au résultat plus qu’incertain.
Des permis auraient été octroyés ou seraient sur le point de l’être, avec l’autorisation du ministère de la Culture qui contrôle l’aire de protection de la maison Notman, pour la démolition de la petite maison du chauffeur, rue Milton, une construction des années 1950. Le projet de condominiums serait aux dernières étapes de la procédure, avant d’être autorisé par les responsables municipaux.
Cela sonnerait le glas d’un des plus beaux ensembles patrimoniaux de la métropole et d’un des succès exemplaires de revitalisation patrimoniale au service de la nouvelle économie de Montréal – la Maison Notman, l’âme de l’écosystème entrepreneurial et créatif de la métropole, réalisée avec des fonds privés et publics et l’appui de la société montréalaise par voie d’une campagne de socio-financement.

 
Haut de la page